Les huit alumineries au Québec cumulent une production annuelle de 2,9 tonnes d’aluminium de première fusion ayant la plus faible empreinte carbone au monde. Cela représente 90 % de la production canadienne, au quatrième rang mondial après la Chine, le Moyen-Orient, la Russie et l’Inde.


©Alcoa Canada

La notoriété mondiale du Québec en ce qui a trait à l’aluminium s’appuie sur la présence sur son territoire des producteurs primaires que sont Alcoa, Alouette et Rio Tinto. Leurs installations sont situées dans la Capitale-Nationale, le Centre-du-Québec, sur la Côte-Nord, en Montérégie et au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Pour la plupart de ses usages courants, l’aluminium primaire pur doit être mis en alliage pour optimiser ses caractéristiques selon son utilisation finale prévue. Les centres de coulée des alumineries québécoises produisent des lingots de laminage, de fonderie et de refonte, ainsi que des billettes, des plaques et des tiges, et ce, dans une multitude d’alliages et de formes. C’est la première transformation de l’aluminium.

L’Association de l’aluminium du Canada (AAC) est un organisme sans but lucratif qui représente l’industrie canadienne de l’aluminium primaire. Consultez le site de l’AAC pour plus d’information sur le secteur primaire.