AluQuébec et l’AAC unissent leur voix pour appuyer le projet de Loi 12 ainsi que la publication connexe de la Stratégie pour des marchés publics innovants

Montréal, le 18 mars 2022  AluQuébec, la Grappe industrielle de l’aluminium, et l’Association de l’aluminium du Canada (AAC) ont transmis aux parlementaires leurs commentaires faisant part de leur appui au projet de Loi 12 visant principalement à promouvoir l’achat québécois et responsable par les organismes publics, à renforcer le régime d’intégrité des entreprises et à accroître les pouvoirs de l’Autorité des marchés financiers ainsi qu’à la Stratégie pour des marchés publics innovants. Toutes deux considèrent que ces outils complémentaires favoriseront l’achat local ainsi que le développement durable dans le cadre des acquisitions des organismes publics québécois. De plus, ces outils sont des occasions exceptionnelles pour mieux considérer l’aluminium dans les appels d’offres publics.

L’aluminium est léger, esthétique et recyclable à l’infini. L’aluminium du Québec est, de surcroît, un matériau durable à faible empreinte carbone avec un Coût total de possession des plus avantageux et dont l’Analyse du cycle de vie est définitivement à considérer dans les processus d’achats durables des appels d’offres.  

De même, AluQuébec et l’AAC recommandent de favoriser dans le processus des appels d’offres, le développement de vitrines technologiques pour mettre de l’avant l’innovation et les nouvelles applications (par exemple dans les ponts et passerelles) et ainsi, en démontrer les bénéfices.

Enfin, ces deux organismes sont d’avis qu’il est nécessaire de jalonner la démarche dans le temps par l’établissement de seuils de réalisation et par une reddition de comptes allant jusqu’à requérir une justification à postériori pour avoir exclu un appel d’offres du processus.

Pour l’industrie de l’aluminium, ces leviers sont essentiels pour accroître la transformation et l’utilisation du métal québécois à faible empreinte carbone, ici même au Québec. Et la chaîne de valeur de l’aluminium est bien implantée au Québec pour répondre efficacement à l’appel gouvernemental.

À propos d’AluQuébec – La Grappe de l’aluminium du Québec

Comme instance fédératrice de l'ensemble des parties prenantes de l'écosystème, AluQuébec stimule le développement et la valorisation de la chaîne de valeur de l'industrie québécoise de l’aluminium autour de solutions concrètes pour développer le plein potentiel de l’industrie et accroître l'utilisation du matériau au Québec. Son rôle est d’agir comme levier pour l’industrie du Québec en assurant la cohérence et la convergence entre le primaire, la transformation, les équipementiers et toutes les instances en innovation et R-D, afin de faciliter et de favoriser la prise d’actions globales et porteuses, dont les répercussions seront bénéfiques pour l’ensemble de l’écosystème du Québec.

À propos de l’AAC

L’Association de l’aluminium du Canada (AAC) regroupe les trois producteurs canadiens d’aluminium de première fusion, soit Alcoa, Aluminerie Alouette et Rio Tinto. Elle a pour mission de représenter l’industrie canadienne de l’aluminium primaire auprès de la population, des pouvoirs publics, des utilisateurs réels et potentiels d’aluminium, de même qu’auprès des intervenants clés du monde économique et de l’environnement. L’industrie soutient plus de 7700 emplois au Québec et génère des exportations de plus de 7,3 milliards $CAN.