Publications

Inauguration du chantier du pont piétonnier

Après de longues démarches et plusieurs années d’attente, la Municipalité d’Upton va de l’avant avec son projet de Parc nature. C’est en présence de plusieurs dignitaires que fut lancé, vendredi, le chantier du pont piétonnier qui joindra ce parc au site du Théâtre de la Dame de Cœur.

« Lorsque j’étais conseiller municipal, il y a presque 30 ans, j’avais déjà lancé une telle idée. Je suis heureux de constater que ce rêve devient enfin réalité », a lancé fièrement le maire Yves Croteau lors de la première pelletée de terre symbolique.

Le Parc nature, situé sur une presqu’île en bordure des rivières Duncan et Noire, couvre une superficie de 6,9 hectares. Le site, d’une valeur écologique importante, abrite des milieux humides et un boisé mature.

« Plusieurs espèces à statut précaire, dont le noyer cendré et la matteucie fougère-à-l’autruche, se retrouvent sur le site. Nous avons mené un inventaire forestier bien documenté, ce qui a confirmé le bon état de préservation du boisé. Le stade de maturité observé dans certaines portions du boisé est très rare en Montérégie. On retrouve même un érable rouge avec un tronc de plus d’un mètre de diamètre, un des plus gros au Québec », explique Gaston Côté, chargé de projet pour la Corporation de développement de la Rivière-Noire (CDRN).

Quant au pont, qui traversera la rivière Duncan, il a été conçu par la firme MAADI Group de Boucherville. La structure de 46 mètres de longueur par 2,57 mètres de largeur, originaire des Philippines, reliait auparavant deux plates-formes de forage, en pleine mer de Chine.

« Ce pont est fait en aluminium, un matériau à la fois léger, renouvelable et durable. La municipalité n’aura pas à se soucier de son entretien, car il est très résistant à la corrosion atmosphérique », mentionne Alexandre de la Chevrotière, président de MAADI Group.

La firme CIMA + a été mandatée pour la supervision du projet, alors que l’entrepreneur général Lambert et Grenier s’occupera des travaux sur le terrain, qui ont débuté à la fin septembre. La passerelle sera munie d’un système d’éclairage de type DEL.

Cynthia Bossé, directrice générale de la Municipalité d’Upton, souligne la générosité et la belle collaboration des partenaires, évoquant par exemple le transport de la passerelle offert gracieusement par les Équipements Adrien Phaneuf. Le pont a par ailleurs été découvert grâce à une annonce sur les médias sociaux.

« C’est un projet inusité de recyclage, qui nous permet de se doter d’un fleuron québécois de l’ingénierie. La valeur de construction du pont est au moins cinq fois plus élevée que son coût d’acquisition », fait-elle remarquer.

Le député de Johnson, André Lamontagne, a rendu hommage aux artisans du Parc nature, avec une mention spéciale pour la détermination de Mme Bossé.

« Upton jette les bases de la pérénnité de ce site enchanteur », a-t-il déclaré.

Les visiteurs pourront circuler sur le pont piétonnier dès le 22 octobre, soit quelques jours avant l’activité de l’Halloween du 29 octobre, sur le site du Théâtre de la Dame de Cœur. Son directeur général et artistique, Richard Blackburn, se réjouit grandement de l’envergure du projet.

« Ce sera un lieu magique, qui nourrit une grande gourmandise artistique pour une éventuelle création sur cette presqu’île! », a-t-il lancé en souriant.

La grande partie du financement du Parc nature a été assurée par la MRC d’Acton en vertu de son pacte rural, pour une somme de 117 415 $. Le programme ÉcoAction d’Environnement Canada (37 000 $), la Fondation de la faune du Québec (6 000 $) et la Caisse populaire Desjardins de la Rivière Noire (1000 $) ont également apporté leur contribution.

La Municipalité d’Upton a souligné, par la traditionnelle première pelletée de terre, le début des travaux du Parc nature de la région d’Acton. On voit ici, près du pont piétonnier qui sera installé dans quelques jours, André Lamontagne, député de Johnson, Laurise Dubé, présidente de la CDRN, le maire Yves Croteau et Jean-Marie Laplante, préfet de la MRC d’Acton.

Source : 12 octobre 2016 - Article d'Alain Bérubé, La Pensée de Bagot