Publications

Le Centre d'expertise sur l'aluminium (CeAl) veut donner toute sa place à l'aluminium


Le Canada est le 4e producteur mondial d’aluminium, par conséquent, l’industrie de l’aluminium occupe la deuxième place, après l’aéronautique, des exportations de la province.  Le renforcement des activités de transformation en produits à valeur ajoutée et une utilisation à grande échelle de ces produits augmenteraient la contribution de l’aluminium à l’économie québécoise. C’est dans cette optique que fut créée en 2013 AluQuébec, la grappe industrielle de l’aluminium, et que le gouvernement lançait en 2015, la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium. De cette stratégie est né, en novembre 2016, le Centre d’expertise sur l’aluminium (CeAl), dont David Prud’homme, ingénieur mécanique, est le directeur. « Je suis convaincu qu’on peut fabriquer plus qu’on ne le fait en ce moment », assure-t-il, mentionnant, entre autres, les capacités de presse et d’extrusion de grandes dimensions à l’œuvre en Europe. Quant à l’utilisation de l’aluminium, elle peut gagner du terrain dans des secteurs comme les ouvrages d’art ou le transport.


ENCOURAGER L'UTILISATION DE L'ALUMINIUM

Le CeAl travaillera main dans la main avec AluQuébec pour diffuser les connaissances sur les normes ou les alliages, relayer les bonnes pratiques et offrir du soutien technique. Pour encourager l’utilisation de l’aluminium, David Prud’homme entend aussi faire valoir, au moyen d'études de cas, en concertation avec des centres de recherche et les partenaires existants, que le faible coût d’entretien de l’aluminium et la revente du métal lors du recyclage influencent à la baisse le coût total de possession des produits en aluminium. De surcroît, l’hydroélectricité confère à l’aluminium québécois une empreinte environnementale enviable susceptible de positionner les produits en aluminium québécois sur les marchés mondiaux. L’objectif ultime auquel aspire David Prud’homme est que le Québec soit reconnu pour toute sa chaîne de valeur de l’aluminium et non uniquement pour sa production primaire.

Sonaca Montréal |

Source : Janvier-Février 2017 - PLAN, p. 34