Publications

AluQuébec : un joueur clé de la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium

La Stratégie québécoise de développement de l’aluminium, lancée le 19 juin 2015, reconnait la filière de l’aluminium, comme un atout économique majeur pour le Québec. AluQuébec est appelée à jouer un rôle primordial dans le déploiement de cette stratégie. Le gouvernement entend en effet profiter de l’élan engendré par les travaux d’AluQuébec et de ses chantiers dans la coordination des acteurs de la filière québécoise de la transformation de l’aluminium et de ses équipementiers.

AluQuébec entend s’investir pleinement dans le succès de la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium

Jean-Luc Trahan, président-directeur général d’AluQuébec

Plusieurs initiatives de la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium touchent directement les activités d’AluQuébec. Voici le résumé de ces mesures qui favoriseront l’atteinte l’objectif de doubler la transformation de l’aluminium sur un horizon de dix ans, une cible identifiée à la fois par AluQuébec et par le gouvernement du Québec dans sa Stratégie québécoise de développement de l’aluminium.

Axe 1 : Mettre en place un environnement favorable à la transformation de l’aluminium

Faciliter l’accès au métal

  • Rôle d’AluQuébec : Accompagnement des transformateurs québécois afin de les outiller sur le plan de l’approvisionnement en métal.
    • Offrir des formations sur les marchés financiers et sur la gestion de risque.
    • Organiser un Forum de maillage et de diffusion de connaissances réunissant les vendeurs et les transformateurs d’aluminium, en collaboration avec l’Association de l’aluminium du Canada (AAC).
    • Identifier des besoins d’approvisionnement en métal de la part des transformateurs.
  • Chantier d’AluQuébec : « Approvisionnement ».

Bonifier la chaine de valeur

  • Rôle d’AluQuébec : Poursuite des travaux déjà réalisés sur la cartographie de la transformation.
    • Identifier les secteurs porteurs et identifier les carences dans la chaine d’approvisionnement.
    • Orienter les efforts de démarchage et d’investissements.
  • Chantier d’AluQuébec : « Approvisionnement ».

Favoriser l’utilisation de l’aluminium

  • Rôle d’AluQuébec : Accélération des chantiers d’AluQuébec déjà en activités et favorisant le rayonnement et l’utilisation de l’aluminium.
    • Promouvoir les acteurs et les technologies disponibles au sein de la chaine de valeur québécoise.
    • Concrétiser le développement de solutions québécoises en matière d’infrastructures et de ponts, en collaboration avec les donneurs d’ordres publics.
    • Favoriser l’intégration de pièces en aluminium dans les équipements de transport.
    • Documenter les techniques en matière de transformation de l’aluminium disponibles au Québec.
    • Favoriser le maillage avec les donneurs d’ordres nord-américains et européens.
  • Chantiers d’AluQuébec : « Rayonnement », « Occasions d’affaires », et « Innovation, recherche et développement ».

Axe 2 : Renforcer la filière québécoise

Augmenter la capacité d’innovation

  • Rôle d’AluQuébec – en collaboration avec le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Identification des formations universitaires requises par l’industrie en vue d’inciter les établissements d’enseignement à y répondre.
    • Améliorer la formation des ingénieurs, architectes et designer industriels en ce qui a trait à l’utilisation de l’aluminium.
    • Adapter les contenus des formations offertes par les universités et les ordres professionnels aux besoins de l’industrie.
  • Chantier d’AluQuébec : « Formation ».
  • Rôle d’AluQuébec : Diffusion de l’expertise sur l’utilisation de l’aluminium :
    • Mise sur pied d’un service de soutien technique, de formation et d’aide à la conception destiné aux professionnels désirant utiliser l’aluminium comme matériau.
    • Encourager et faciliter l’usage accru de l’aluminium dans les bâtiments, les infrastructures et les équipements de transports.
    • Renseigner les professionnels sur les normes, les codes de construction, les avantages et les possibilités d’utilisation de l’aluminium, ainsi que sur les technologies et les outils de conception.
  • Chantier d’AluQuébec : « Formation ».

Axe 3 : Assurer la compétitivité des entreprises de l’industrie

Encourager l’essor des PME de la filière

  • Rôle d’AluQuébec : Lancement d’un chantier pour les équipementiers et les fournisseurs spécialisés.
    • Le mandat du chantier reste à déterminer.
  • Chantier d’AluQuébec : « Équipementiers – à lancer en 2015 ».

La Stratégie québécoise de développement de l’aluminium alloue 2,32 millions de dollars supplémentaires sur trois ans à AluQuébec pour la réalisation de ces mesures.

Mettre l’expertise d’AluQuébec à la disposition de partenaires gouvernementaux et institutionnels

Les fondements de la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium identifient AluQuébec comme principal lieu de concertation de l’industrie. Ainsi, en plus des mandats qui lui sont spécifiquement assignés, AluQuébec est appelée à collaborer avec d’autres acteurs responsables de différentes mesures qui figurent à la stratégie.

  • Comité de suivi de la stratégie – en collaboration avec le gouvernement du Québec.
  • Prospection des investissements étrangers – en collaboration avec Investissement Québec, la Société de la Vallée de l’aluminium (SVA) et le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations (MEIE).
  • Maillage avec les donneurs d’ordres – en collaboration avec Sous-traitance industrielle Québec (STIQ).
  • Utilisation de l’aluminium dans les infrastructures routières – en collaboration avec le ministère des Transports du Québec (MTQ).
  • Démonstration de nouveaux produits d’aluminium dans les édifices gouvernementaux – en collaboration avec la Société québécoise des infrastructures (SQI) et de la Société d’habitation du Québec (SHQ).
  • Concertation entre les acteurs en innovation – en collaboration avec l’ensemble des acteurs en innovation de la filière de l’aluminium.