Publications

Des transformateurs québécois chez Tesla Motors grâce à AluQuébec

Dans le cadre des travaux de son chantier « Occasions d’affaires – Transport terrestre », le Secrétariat d’AluQuébec a récemment réalisé une importante percée pour le bénéfice d’une délégation d’entreprises membres de la grappe. Ainsi, le 6 novembre dernier, les représentants de trois transformateurs et d’un centre de recherche québécois rencontraient, en Californie, des ingénieurs, designers et acheteurs de Tesla Motors, le plus prestigieux constructeur mondial d’automobiles électriques.

 

Dans l’ordre habituel : Martin Hartlieb, directeur du développement des affaires d’AluQuébec, Frédéric Jean, AMT, Thorbioern Hoeiland et Brian Hibbard, Raufoss, Simon Desrosiers, AMT, Jerome Fourmann, Rio Tinto Alcan, Mélissa Després et Guillaume D’Amours, CNRC.

Les représentants de Tesla ont été impressionnés par la qualité et la diversité de l’offre de service de la Grappe de l’aluminium du Québec. Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Au moment d’écrire ces lignes, les trois entreprises transformatrices rédigent des soumissions en réponse à des énoncés de besoins du constructeur, tandis que des scientifiques membres de la grappe approfondissent un projet de recherche avec lui.

Le développement des affaires chez AluQuébec

Monsieur Martin Hartlieb, directeur du développement des affaires d’AluQuébec, siège à tous les chantiers « Occasions d’affaires » de la grappe. C’est donc en réponse aux marchés et aux priorités ciblées par ces chantiers que Martin enclenche son démarchage auprès des utilisateurs actuels et potentiels d’aluminium partout sur la planète. Il les rencontre sur la base de son impressionnant réseau de contacts personnels ou dans les cadres des plus importants salons d’affaires mondiaux auxquels il participe à titre personnel ou pour le compte exclusif d’AluQuébec.

Martin ne part jamais sans sa présentation marketing d’AluQuébec sous le bras. Cet outil de référence incomparable fait rayonner tout ce qui se fait au sein de la Grappe industrielle de l’aluminium du Québec. La présentation documente les composantes de la grappe, des producteurs d’aluminium primaire jusqu’aux équipementiers, en passant par les principaux transformateurs, recycleurs ou centres de recherche. Martin appuie ensuite son travail de représentation sur la Cartographie de la transformation d’aluminium d’AluQuébec, qui comprend 1409 entreprises utilisatrices ou transformatrices d’aluminium. Les donneurs d’ordres identifient alors les entreprises susceptibles de répondre à leurs besoins ou avec lesquelles ils aimeraient entamer des discussions.

Martin organise alors la connexion entre les clients potentiels et les fournisseurs. Cela peut prendre la forme de  « Journées technologiques » chez le client, de rencontres exploratoires informelles ou plus simplement de mise en relations par échanges de coordonnées. Une fois les poignées de main d’usage effectuées, Martin laisse les entrepreneurs déterminer ensemble comment ils vont collaborer pour la suite des choses.